Communiquer pour enrichir les politiques d’intégration ? June 13, 2012

par Newton Ahmed Barry, Augustin Niango, Kathryn Touré

Les institutions publiques risquent de progressivement s’éloigner de la réalité et de ne pas servir les citoyens et communautés lorsqu’elles se préoccupent, de façon excessive, de leur survie et de leur reproduction. L’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) ont pris l’initiative d’inciter à une réflexion sur la nécessaire complémentarité entre trois acteurs essentiels de l’intégration régionale qui se sont jusque-là ignorés ou à tout le moins ne se comprennent pas : les chercheurs, les décideurs et les journalistes. Ce texte est une rétrospective critique de l’expérience d’une rencontre provoquée entre des acteurs issus de champs sociaux différents avec des logiques, des intérêts différents et qui doivent pourtant coopérer dans la vie professionnelle courante. Tirant les leçons de ce dialogue à trois, ce chapitre explore comment ces différents acteurs – concepteurs et responsables de la mise en œuvre des politiques publiques, chercheurs, journalistes – peuvent inventer et animer des forums d’échange pour influer sur des politiques qui soient plus proches des réalités et des attentes des citoyens, et qui facilitent et accompagnent l’intégration.

Accedez le chapitre: http://rd.springer.com/chapter/10.1007/978-1-4614-1234-2_14

Barry, N.A., Niango, A., & Toure, K. (2012). Communiquer pour enrichir les politiques d’intégration ? In E.T. Ayuk, & S.T. Kaboré (eds.), S’intégrer pour s’enrichir : Intégration régionale et réduction de la pauvreté en Afrique de l’ouest, pp. 277-296. New York: Springer.
http://rd.springer.com/chapter/10.1007/978-1-4614-1234-2_14

Click for translation in English

One Comments
Alain Nkoyock July 3rd, 2016

Brexit : les leçons que les panafricanistes devraient en tirer, par Alain Nkoyock, 1 juillet 2016
« L’Union africaine, comme l’Union européenne, se construira dans le respect des spécificités de chacun et de l’identité nationale de chaque peuple, voire de chaque nation. Tout système trop directif, qui ne tient pas compte des peuples, finit par s’autodétruire, ou imploser ».
http://www.jeuneafrique.com/338288/politique/brexit-lecons-panafricanistes-devraient-tirer